Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Oui! Les gnocchi ça rend heureux!

Aujourd’hui, sur YOTR, partageons les plus délicieux gnocchi qu’il soit ! Les fameux "Gnocchi delle Nonne"... Et en bonus une jolie petite histoire en guise de mise en bouche! Parce que les gnocchi, c'est pas n'importe quoi. Et hop, après on se met à table.

 

Erratum sur la photo ci-dessous... Il s'agit de 0.5kg de patates et pas 1kg!! A moins que vous ne vouliez tenter la purée

© Yannick Emery

 

« Quand j’étais petite, on disait : ‘ Sorridi bambino, che la mamma ha fatto i gnocchi !’. Tu vois, c’est peut-être ça, en fait les gnocchi c’est tellement bon que ça rend heureux. » Le boudin de pâte roule sous mes doigts, il colle un peu, est-ce que c’est juste comme je le roule ?

 

« Dai Yannick, vedi che s’attacca, metti un pò di farina. » (En version sous-titrée valaisanne, ça donne "Yannick fait gaffe, ça colle, farte-voir un peu avec de la farine). 

 

La Nonna Ada (la grand-mère donc, italienne comme l'indique l'appellation d'origine contrôlée) rectifie le tir. Fflouf ! un petit nuage blanc atterrit sur le plan de travail. Effectivement, c’est mieux. Tchac ! Tchac ! Je coupe le boudin, je roule les morceaux, elle les presse contre la râpe et les fameux gnocchi au dos boursouflé s’entassent sur le plat.

 

Le cœur et l'estomac grand ouverts, je recueille ce précieux savoir-faire. C’est la vie de l’Italie qui s’engouffre sur la table…

L’autre cuisine me revient en mémoire, celle de la mère de ma grand-mère, mon arrière-grand-mère. 11h30, elle  nous demande, à mon frère et moi, ce qu’on veut manger et on répond, la bouche en coeur: les gnocchi bien sûr ! Elle soupire un coup, parce qu’elle sait qu’on ne mangera pas à midi. Mais on est si enthousiaste et elle a tellement envie de nous faire plaisir, elle ne peut résister ! Elle se met à la tâche avec bonne humeur et nous on fait comme si on l’aidait (ça je sais toujours faire, c'est utile en toute occasion, comme de cuisiner des bons petits plats).

La préparation est longue, l’attente remplie de chaudes effluves. Mais quel goût divin quand on les balance joyeusement dans nos estomacs affamés (2 minutes chrono).


Puis la Nonna Rita ne nous a plus jamais fait de gnocchi, elle est décédée avant que j’en sois rassasiée. Je me suis donc joyeusement rabattue sur ceux de ma tante, pendant ses vacances en Suisse. Je ris encore de sa mine déconfite quand mon frère et moi lui réclamions ce plat laborieux, par tradition toujours 20 minutes avant le repas. Quelques années plus tard, je suis partie de la maison et dans mon studio plus personne à qui réclamer  des gnocchi pour le midi! L'arnaque! Mais bon, pour vivre en adulte, il faut couper le fil de la nourriture, même si l’on a encore un peu faim...


Et là, dans un rayon de lumière traversé de poussières de farine, ma grand-mère m’inculque enfin LA recette, comme un bout de code génétique pétri d’histoires de vie.

 

Et nous voilà donc, dans sa cuisine à peler, malaxer, rouler, palper encore, saler, boudiner et couper… La Nonna Ada s’est même entraînée deux fois avant de me montrer la version idéale, celle qui aura la plus grande teneur en authenticité. Le goût de la patate, ça ne s'invente pas! Elève plus qu’appliquée, je note absolument tout, même la remarque la plus insignifiante: j’ai peur de ne pas réussir quand je serai seule. Je la regarde faire, j’écris, j’essaie de rouler les patates, j’aimerais être une éponge pour m’imprégner!

 

Et si un jour j’oubliais et qu’il n’y avait plus personne pour me rappeler ?

 

Allez, c'est votre tour maintenant, et si j'oublie, on se souviendra ensemble! 

 

 

"I gnocchi delle Nonne" - LA RECETTE

 

Celle qui va bien pour les amoureux

(2 personnes - pour les grandes familles il faut juste doubler, tripler, etc... )

 

Les ingrédients, c'est comme sur la photo tout en haut!

 

500 gr de patates

125 gr de farine

1 oeuf

un peu de sel

 

Et ensuite, qu'est-ce qu'il faut faire???

 

Et bien, ça cuit, ça pèle, ça brûle les doigts!! 

 peler

 

 

 broyer

 

 

 

et pis ça broie, ça broie de la patate...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le petit oeuf dans la fontaine, on s'en met plein les doigts, mais on trouve ça super cool, parce qu'on ne fait pas souvent la cuisine (on rira moins après, quand il s'agira de nettoyer tout ça)

 

  © Yannick Emery

pétrir

    

Bon, là, niveau photos, on a sauté quelques étapes, parce tout le monde en avait justement plein les pattes et on ne voulait pas en rajouter une couche dans l'appareil photo qui a déjà quelques grains de plage coincés dans l'objectif.

 

Et surtout, il faut faire très vite! Toutes les opérations doivent être réalisées tant que le féculent est encore tiède. Le coup de feu de la mort qui tue, à déconseiller aux débutants. Faut être super fort pour faire des gnocchi, que ce soit dit!

 

Donc, hors-champ, ça donnait ça:

 

- on a fait des boudins avec la pâte,

- on les a coupés en petits morceaux (comme dans l'article ci-dessus! Tchac! Tchac!),

- on les a roulés en petites boules,

- on a rattrapé les petites boules capricieuses,

- et ensuite, oh la la, le plus compliqué: la déco!! Un petit trou avec le pouce, et on roule la fourchette/la râpe dessus pour faire les jolies lignes.

 

Bien sûr, entre-temps on a été assez malin pour mettre une casserole d'eau salée sur le feu, et hop! A peine terminés, saut de l'ange dans l'eau frémissante. (Et un saut de l'ange réalisé par un gnocchi, c'est vraiment très joli).

 

 © Yannick Emery

 

Pendant que les gnocchi cuisent, ben on part pas faire un jogging, on reste sagement à côté, parce que, dès qu'ils remontent à la surface - et ça va vite -  un par un, paf! Dans l'assiette.

 

Si on a vraiment été très malin, on aura même préparé en même temps (on n'est pas à un coup de feu près) une bonne petite sauce, par exemple au beurre et à la sauge... Mais bon, comme ce n'est pas gagné, avec les mains complètement amidonnées et ces satanées patates qui refroidissent si vite... Donc un peu de parmesan et d'huile d'olive c'est tout à fait délicieux!! Et ça fait très typique aussi.

 

 

© Yannick Emery 

 

 

 

Le mot de la fin... OUI! Les gnocchi ça rend heureux et ça apprend aux enfants à se laver les mains!!

 

 © Yannick Emery

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Yannick On The Rocks

Blogueuse décalée et dévouée aux "Parents mais pas seulement".
Voir le profil de Yannick On The Rocks sur le portail Overblog

Commenter cet article

Roger 02/09/2011 17:26


Hey yaya!

Y a un truc qui cloche. Sur la photo tu indique 1kg de pommes de terre.
Et sur la recette 500g?


Yannick on the Rocks 02/09/2011 19:16

Oui la photo est fausse je la corrige lundi!! C'est 500 gr de patates!!