Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Maîtresse oh mes tresses! Et si on se faisait des tresses?

Shéhérazade la pro des tresses

 

 

Quand j'étais petite, telle Shéhérazade la pouliche, je portais des tresses. Paf, deux de chaque côté du crâne, tout comme Heidi (ma mère petite fille, et aussi l'autre la copine du chevrier). Plutôt très rigides, car j'aimais à les composer moi-même. Cela demandait autant de concentration que de transpiration. Et mes copines (Manu ou Sonja par exemple) portaient des tresses aussi. Et mes camarades garçons, jaloux peut-être, portaient la tresse aussi. Hein??

 

Petit apparté ethnologique. En Valais (Suisse), dans les années 80, et peut-être maintenant encore, les petits garçons se coupaient les cheveux courts. Mais, à l'image de leur idole Jason le doré, ils avaient négocié une exception avec les mamans. Ou alors était-ce l'initiative des mamans?? Nous ne préférons pas le savoir. Bref, les petits et moyens garçons avaient le droit de conserver une loooongue mèche de cheveux dans le cou(p). Souvent, ils en profitaient pour faire une tresse aussi.

 

Youpie! On avait l'air de montagnards bronzés, blancs autour des yeux (les lunettes de ski) et joliment tressés. Nous étions fort mignons mais d'autres cantons plus citadins osaient railler notre look totalement avant-gardiste, la preuve en est aujourd'hui. Elégants précurseurs ignorés, nous vivions la tresse au quotidien sans en faire tout un fromage.

 

Aujourd'hui, depuis quelque temps, deux ans à la louche?, la mode célèbre les Pâques de la tresse. Chaque jour elle ressuscite sans relâche, plus ceinte encore. Toute semaine amène sa cohorte de nouvelles adeptes, converties au tournicoti tournicota viking autour de la tête. La connue Tripartite, accompagnée de ses variantes à deux, quatre, cinq ou des tas de brins, revit chez les élégantes citadines. (Mais ouiiii!! Les mêmes qui se moquaient!!!)

 

fifi.jpg

 

Oh FiFI!! Nouvelle égérie!! La fifille tressée, coiffure prodigue de retour dans les meilleurs salons... Son charme sinueux se débat devant la machine à café. Mais les grandes fifilles brins d'acier trempé ont un peu perdu la main depuis le temps. Alors on se tresse entre copines, en se rappelant le bon vieux temps où l'on mangeait les pissenlits couchées sur des vaches d'appoint dans les champs. (Pour ceux qui ont eu la chance de connaître de tels grands moments).

 

"Hé vieille branche, tu me tresses?"

 

Parlons bien, parlons peu, parlons maintenant MARIAGE.

 

Alors ma meilleure copine s'occupe de ma tresse de mariage n°1, destinée à la robe n°1 (rappelez-vous il y en a 3 - pour l'instant).

 

Je chasse encore la tresse n°2, qui siéra aux robes n°2 et n°3, mission plus difficile. Mais sur le oueb, aucune détresse en matière de tresses ("braids" en anglais). Et quand on y ajoute le mot "mariage" (pudding en English), les prêtresses du veuch (ce mot bizarre je l'ai piqué à cutbyfred et ça veut dire ch'veux en valaisan) se disputent les résultats Google.

 

Et certainement que le(s) jour(s) J(s), quelques invitées bien inspirées céderont aussi à la Tentation du Chignon Tressé. Bref, on fera une longue tresse toutes ensemble, au son de Mes Tresses, tube des années 80 à chanteur bien coiffé.

 

 

 

 


 

 

 

 

Et lorsque l'on regardera les photos dans quelques années, on regrettera que les garçons aussi n'aient pas contribué à l'effort de tresse, comme à la belle époque de la raclette à la récré.

Alleeeeez fiancééééé, tresse donc ta moustache!!!

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Yannick On The Rocks

Blogueuse décalée et dévouée aux "Parents mais pas seulement".
Voir le profil de Yannick On The Rocks sur le portail Overblog

Commenter cet article