Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Baby Boom ! #TerribleTwo

Jeune parent, vous vous sentez mal, vous êtes terrorisé ? Rien de plus normal. Comme les Marins’ US, vous êtes en état de stress permanent, prêt à déjouer les plans les plus fous d'un petit cerveau redoutable. 

Sur une plage de sable, l'enfant de deux ans trouvera le seul gros caillou et tentera par tous les moyens de le faire basculer sur ses pieds.

Sur une plage de sable, l'enfant de deux ans trouvera le seul gros caillou et tentera par tous les moyens de le faire basculer sur ses pieds.

 

Pour assurer la protection de bébé, vous avez tout lu, suivi tous les cours, parlé de toutes les maladies et tous les accidents possibles avec l’ensemble de vos amis et des professionnels.

 

Bébé ne risque rien. Et c’est bien ça le problème.

 

Car, pour veiller à sa sécurité, vous vivez désormais dans un état d’alerte permanent. Impossible de faire autrement. Le temps d’un battement de cil, et le voilà qui s’élance à toute vitesse en direction de l’autoroute :  il a aperçu une pelle qui brille de mille feux, juste de l’autre côté !

 

Encore tout petit, il se contentait de vagir dans vos bras (si si, je vous jure que le terme est adapté). Fort mignon bien sûr avec ses grands yeux et ses joues rebondies/rouges/striées de larmes et de moque. Aussi déchirant, inquiétant et collant que cela soit, il ne risquait ma foi pas grand-chose. Au moindre doute, les urgences vous maintenaient d’ailleurs sous observation aussi longtemps que nécessaire.

 

Puis vous avez vécu les premiers sourires, ainsi qu’un nombre incalculable d’aventures dingues. « Regarde chéri, il a attrapé son orteil avec une telle détermination! A coup sûr, c’est un explorateur. » Ah que la vie vous paraissait suffisamment trépidante !  Surtout que mille menaces pointaient déjà à l’horizon de votre cocon. « Tu n’as pas l’impression qu’il a un peu chaud ? Et s’il avait la fièvre ? Regarde là, dans sa narine, ça brille. » . Et s’il avalait sa tétine ? Et si un cheveu garottait son orteil ? Et si une brique rebondissait sur une aile de pigeon et lui brisait le nez ???? Et si…, Et si… ET SIIIII !!!

 

Et oui, vous faisiez déjà connaissance avec cette angoisse de parent qui est désormais la vôtre.

A jamais.

 

Respirez profondément. Du courage, il vous en faudra encore beaucoup. Votre petit a grandi si vite sous vos yeux ébahis que vous avez même pensé avoir ingéré par mégarde des magic mushrooms. Paf ! A peine né, le voilà qui court, saute, roule, chante, fait des blagues, cache vos clés de voiture. Un petit bonhomme ou petite bonne femme en pleine possession de toutes ses capacités physiques et imaginatives.

 

Mais de là à la maîtrise de ses  capacités mentales, il reste un gouffre. Selon les dernières recherches en neurologie il s’agirait de work in progress jusque vers l’âge de… 7 ans ! Du coup, pendant de longues années, le garde-fou c’est vous. Et vous devenez de plus en plus bizarre, une version paranoïaque de vous-même. Vous voyez des dangers partout. La nuit, vous vous réveillez en sursaut. Et s’il avait trouvé le moyen de déjouer le système de sécurité des fenêtres (vous vivez au 5e étage) ? A la vitesse de la lumière, le poupon s’est transformé en Speedy Gonzalez. Et vous, vous avez pris 10 ans dans les gencives.

 

Pour ne pas vous écrouler, hagard, les yeux fous et un filet de bave aux lèvres en répétant, “Non, non, ne te brosse pas les dents avec la scie sauteuse”, suivez mes incontournables conseils. Bêtes comme chou, ils vous aideront à maintenir cette petite souris sautillante - ainsi que votre angoisse - sous contrôle.

 

  • Reconvertissez-vous en frigo

Aménagez vos poches et vos sacs pour qu’ils contiennent toujours quelque chose de savoureux. Un bon bout de fromage, ou de chocolat ou de whatever. Pourquoi ? Car l’âge neurologique de votre enfant implique qu’il cède à ses impulsions. Il n’a pas vraiment le choix. Et la nourriture en fait partie. Donc si vous lui proposez un objet de convoitise, vous canalisez ses impulsions vers un appât aux vertus non-dangereuses et pacifiantes. Si vous avez allaité, c’est encore plus simple: il suffit de maintenir ce lien fusionnel de la nourriture le plus longtemps possible avec votre enfant. Au besoin il fera une thérapie plus tard, lorsque son cerveau sera enfin terminé.
 

  • La salle de méditation (ou les pièces strictement interdites)

Initiez-vous  à la méditation, au yoga ou au Qi Qong. Déjà, cela vous permet de verrouiller plusieurs pièces de l’appartement, en disant qu’on ne saurait déranger le Qi (prononcez Tchi). Veillez tout de même à laisser votre enfant accéder à un bout de matelas en fin de journée ainsi qu’aux toilettes si vous ambitionnez le passage à la propreté.

Grâce à vos nouveaux hobbys, vous pourrez également disparaître quelques jours à votre guise, soi-disant faire des stages. A Ibiza par exemple. Tout ce qui pourra calmer vos angoisses sera du pur bénéfice. Ne lésinez pas sur les moyens ! Vous ne risquez de toute façon pas grand chose de plus que l’enfant que vous avez déjà fait.

 

  • Le must : un costume de Spiderman dans votre table de nuit

Cette tenue est une vraie merveille feng shui, plus puissante encore que le plus pur des quartz roses. Spiderman métamorphosera votre intérieur, dégagera des ondes suprêmes dans toute la maison. Encore une fois, rien de plus simple. Revêtez le costume et racontez tout ce qui vous passe par la tête à votre enfant. Il vous croira. « Les Routes sont en réalité des fleuves de lave qui explosent si on traverse au rouge. » « On a entendu dire que les doudous partent chercher les enfants qui s’éloignent trop de leur parents. Et ils ne reviennent plus jamais. » Ou alors, en version plus positive: « Les camions de pompier et les grues adorent les enfants qui ne sautent pas dans les fleuves. Ils les attirent même par milliers! » Etc. 

 

 

Et voilà ! Et si on vous fait une remarque sur vos procédés douteux, dites simplement que selon les dernières recherches en neurologie, votre cerveau n’est pas tout à fait terminé.

Fun fact. Une amie l'ayant vécu m'a révélé l'indicible. Une année plus tard, vers 3-4 ans, l'enfant a tellement bien intégré les limites qu'il se transforme en dictateur psychorigide.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Yannick On The Rocks

Blogueuse décalée et dévouée aux "Parents mais pas seulement".
Voir le profil de Yannick On The Rocks sur le portail Overblog

Commenter cet article